Le portrait de Raphaël Lagarde, Directeur du Centre hospitalier de Figeac et de l’EHPAD de Maurs


Votre parcours en quelques mots ?

A la suite d’une formation en droit, j’ai eu le plaisir d’intégrer la première promotion de Directeurs d’établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux. A l’issue de cette formation en alternance riche d’enseignements, de contact avec le terrain et d’émulation avec les collègues, j’ai pu opter pour une double chefferie d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes en Rhône Alpes. Très rapidement j’ai eu la chance de prendre la tête d’un hôpital local en Bretagne qui, après une phase d’étayage de l’organisation médicale et des finances, a pu participer à la constitution du Groupe Hospitalier Bretagne Sud (Lorient).

J’ai aujourd’hui la chance et l’honneur de diriger le Centre Hospitalier de Figeac, hôpital général qui œuvre sur son bassin tant sur une offre médicale que chirurgicale.

Les temps forts de votre carrière ?

Devenir chef d’établissements à 26 ans ! C’est une formidable aventure que de pouvoir intégrer un collectif de soignants et de professionnels administratifs et logistiques au service de patients dans un rôle d’impulsion et de cohésion. Le fait de pouvoir travailler avec des collègues dans une association dynamique aide beaucoup notamment dans les relations directes avec les élus et l’ARS.

Bien entendu, prendre la tête d’un centre hospitalier général est un challenge tout aussi grand pour lequel mes expériences précédentes m’ont énormément apporté. Animer un collectif est toujours aussi stimulant ; le nombre de professionnels et les enjeux sont dans ce contexte démultipliés et donc d’autant plus intéressants et motivants.

Qu’est-ce qui vous motive dans votre métier ?

Le patient.

Il s’agit de notre objectif premier en tant que directeur, pas moins que pour un infirmier ou un docteur. Notre apport se situe dans la dynamique que nous pouvons impulser parmi les soignants dont les médecins, le soutien que nous pouvons apporter dans les domaines logistiques, administratifs et techniques, la cohérence et la cohésion de tous dans la mise en œuvre des projets et enfin le lien que nous pouvons faire avec la population grâce à nos relations avec les associations et les élus locaux.

Pourquoi être directeur dans la FPH ?

Ayant exercé des fonctions de DESSMS et de DH, il me semble important de rappeler que la santé est un tout indissociable des facteurs humains, relationnels et sociaux. Demain bien plus qu’hier. La place de directeur permet d’impulser ces valeurs.

Pourquoi le service public ?

Les valeurs du soin et celles de la fonction publique sont identiques : œuvrer à l’intérêt général en se souciant de chaque individu. Les métiers de la FPH et notamment ceux de direction permettent d’être au cœur de ces attentes et d’avoir un métier qui est donc porteur de sens à chaque instant.

Découvrez aussi le portrait de Béatrice Montastruc

Partager cet article sur
Share on facebook
Share on linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Cette rubrique sera disponible prochainement

Crédits

Design du site réalisé par : Entrecom

Site réalisé par : Maverick.paris